Quelques chiffres

Mieux comprendre l’urgence

Chaque minute, 29 enfants naissent prématurés dans le monde, soit 1 million par an. Parmi eux 7000 meurent…

Les prématurés représentent encore plus d’une naissance sur 10.

Des progrès notables…

En 1990, 80 enfants marocains sur 1.000 mouraient avant d’atteindre l’âge de 5 ans.

En 2016, ils étaient 27 pour 1.000, soit une baisse moyenne de 4,1% par an pendant vingt-six années.

Cette statistique, extraite de la dernière étude menée par le Groupe inter-agences des Nations-Unies sur la mortalité infantile (UNICEF, OMS, Banque mondiale, ONUDAES), révèle une forte tendance baissière des différents indices concernant le royaume.

…mais insuffisants

Le rapport onusien suggère toutefois que les résultats observés ne sont pas homogènes suivant les milieux sociaux.

Par exemple, les 20% de Marocains les plus riches ont un accès aux traitements contre la diarrhée (cause de 8% des décès) près de deux fois supérieur aux 20% les plus pauvres.

Cette inégalité est bien évidemment renforcée par la facilité d’accès au soin et par un taux d’équipement insuffisants dans certains d’hôpitaux du royaume.

18 nourrissons sur mille décèdent dans les premiers jours de leurs naissance

Selon un rapport récemment publié par l’UNICEF, le Maroc reste classé au 26ème rang des pays les plus dangereux pour les nouveau-nés. Le rapport indique que le royaume perd, quelques jours après leur naissance, 18 nourrissons sur 1000.

Dans son rapport, l’UNICEF explique que 80% des mortalités infantiles sont essentiellement dues à ces 3 éléments: l’accouchement prématuré, le manque d’oxygène lors de l’accouchement et certaines pathologies chez les nouveau-nés comme la pneumonie et la septicémie (source : le site info).